tanabanta la fête des étoiles

Tanabata la fête des étoiles

Tanabata la fête des étoiles est célébrée le 7ème mois (7月 しちがつ juillet). Hors, dans l’ancien calendrier lunaire, le 7ème correspondait au mois d’août, c’est pourquoi selon les régions, le festival est célébré au mois d’août.  À Tokyo, Tanabata a lieu le 7 Juillet. Début juillet les Japonais fêtent Tanabata Matsuri ou la fête des étoiles.

A cette période de l’année, le Japon se part de ses plus belles décorations et si vous avez des rêves, c’est le moment pour vous de faire un souhait.

Et vous, quel vœux feriez-vous ? Dites le nous en commentaire

Tanabata la fête des étoiles

Pourquoi parle-t-on de la fête des étoiles ?

Hikoboshi et Orihime représentent les étoiles Altaïr et Véga. Avec Dened, elles font partie des trois étoiles les plus brillantes du ciel entre juillet et août et forment le triangle d’été .

La légende de Tanabata

Il était une fois le roi du ciel Tentei, qui était le dieu dirigeant du paradis des kami. Il vivait près de la voie lactée Amanogawa – 天の川) avec ses sept filles. La plus jeune Orihime (織姫, l’étoile Véga), experte en tissage, cousait des kimono aux autres kami.
Cependant, un jour, la princesse, qui s’ennuyait au Ciel descendit se promener sur terre. Là elle rencontra un jeune vacher que tout le monde surnommait le Bouvier Hikoboshi (Altaïr, connu aussi comme l’étoile du bouvier 牵牛星 ou 牛郎星). Ils tombèrent immédiatement amoureux l’un de l’autre. Insatisfaite de sa vie solitaire au Ciel et de la surveillance sévère de son père, la Tisserande rêvait d’un amour passionné, d’un avenir heureux et d’une vie paisible. Elle décida donc de rester sur terre auprès de son compagnon le Bouvier. Ils formèrent alors un couple inséparable. L’homme travaillait aux champs et la femme tissait…

Quelques années passèrent; de leur amour un garçon puis une petite fille naquirent.

Mais bientôt l’empereur céleste, mis au courant de la nouvelle vie de sa fille, entra dans une colère violente et envoya un génie chercher sa fille pour la ramener au Ciel. Séparée de son mari et de ses enfants, la princesse se mit à pleurer de douleur.
Constatant la disparition de sa bien aimée, le Bouvier plaça ses enfants dans deux paniers aux deux bouts d’une planche et partit à sa recherche. Mais au moment où il s’apprêtait à rattraper son épouse captive d’un génie céleste, la femme de l’Empereur apparut et fit naître d’un geste de la main une rivière large, profonde et aux eaux tumultueuses qui stoppa l’avancée du Bouvier.
Très affligé, ce dernier ne voulut pas quitter le bord de la rivière.
Et sur la rive opposée, la Tisserande ne cessait pas de verser des larmes, restant sourde aux injonctions répétées de son père de reprendre son travail de tissage céleste.
Devant tant d’obstination, l’empereur fit une concession: il permit à sa fille de retrouver son amant une fois l’an.

Depuis, chaque année, le septième jour du septième mois du calendrier lunaire, les pies célestes forment une passerelle provisoire au-dessus de la Voie Lactée (Ama no gawa), sur laquelle les amants stellaires:

Véga (la Tisserande) et Altaïr (le Bouvier) renouvellent leur serment d’amour.
On dit qu’à l’aube de ce jour, il bruine souvent; ce sont les larmes de la princesse Véga qui, serrant ses enfants contre elle et tenant tendrement la main de son mari, pleure tristement.
Leur séparation tragique émeut tout le monde et attira la sympathie de chacun. C’est pourquoi, chaque année, le septième jour du septième mois du calendrier lunaire, beaucoup de gens restent veiller dehors pour contempler longuement dans le ciel les deux constellations Véga et Altaïr qui, ce jour-là, semblent se rapprocher au-dessus de la Voie Lactée.

La légende de Tanabata
La légende de Tanabata

Tanabata vidéo de notre voyage japon en famille 2019

Comment fête-t-on Tanabata au Japon ?

Au festival de Tanabata les ruelles se parent de différents types de décorations, chacune  d’entre-elles a une signification différente. Les sept décorations et leur signification symbolique sont:

Tanzaku 短冊
Ruban de papier sur lesquelles l’on a écrit un vœu. Les bambous choisis doivent avoir les branches hautes afin que le message soit transmis. Il est dit que le bruit du vent dans les feuilles de bambou serait en fait les voix de vœux allant vers les divinités ;

Tanzaku

taomi 投網 – Filets
Pour souhaiter une bonne récolte de pêche en mer  (on ne le voit pas très bien sur la photo mais ce sont les feuilles découpés en bleu à gauche de la photo)

kuzukago くずかご – sac poubelle
Propreté et non gaspillage. Sur la photo ci-dessous, ce sont les feuilles découpés en jaune à gauche.

Tanabata la fête des étoiles

fukinagashi 吹き流し – e fil de la tisserande
Il représente les tissage de la princesse Orihime

fukinagashi
taomi Filet

Kinchaku

Le porte monnaie

Orizuru

Les grues en papier

KamigoromoKimono en papier

La tradition veut en principe que bambous et tanzaku soient jetés à la rivière après le 7 juillet afin que le vœu se réalise. Cependant cette pratique tend à disparaître avec le remplacement du bambou par des reproductions en plastique.

Il est aussi de coutume de manger des somen (素麺). Ce sont de fines nouilles blanches dont l’apparence rappelle, selon le point de vue, les fils de la tisserande ou la Voie Lactée.

Nous avons fêté Tanabata

Nous avons eu la chance de participer à Tanabata sur Tokyo et ses environs. Par contre, en juillet le temps est mitigé, alors nous n’avons pas pu profiter à 100%.

Chant traditionnel de Tanabata la fête des étoiles

“Les feuilles de Bambou bruissent, bruissent,
Se balançant dans les combles.
Les étoilent scintillent, scintillent;
Grains de sables or et argent.”

D’autres articles sur le Japon qui pourraient vous plaire

CLIQUEZ POUR PARTAGER NOS ARTICLES

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.